Le marchand de chèvres, la bergère et le juge

 

Il était une fois une jeune bergère qui s’installa dans une vieille ferme abandonnée et rendit l’endroit prospère. Elle s’appelait Grâce. Le travail à la ferme était rude, mais la jeune femme ne perdait jamais de sa bonne humeur.

Les semaines et les mois passèrent. Les affaires fleurissaient de jour en jour, bien au-delà des espérances de Grâce. Au petit matin, elle commençait par traire ses brebis. Elle chantait des chansons douces et gaies, et ses pas si légers ressemblaient à une danse…

Les gens aimaient bien Grâce. On disait que … c’était une bonne fille… quoique un peu bizarre tout de même. En fait, on n’était pas sûr qu’elle eût toute sa raison…

« Je dirais qu’elle innocente, notre bergère. Oui. Bref, sûrement un peu folle, mais rien de grave. Rassurez-vous ! Elle a la chance de vivre auprès de nous », commentaient les villageois.

Tous les matins, elle prenait le chemin du village pour aller vendre le lait frais de ses brebis. Sur la route, dans une maison ornée de fleurs, vivait une vieille dame…


Firouzeh Ephrème

 

Posted in contes and tagged , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *