Mon tendre amour

Mon bel amour, mon tendre amour,
Ne pleure pas, je suis là.
Et si je le dois, je prendrai de l’avance,
En allant plus vite que les tourments,
Gaiement, comme les pas du bonheur,
Passionnément, comme les battements d’un cœur,
Tendrement, comme les bras de l’amour,
Je te protégerai contre tout, tous les jours.

Mon bel amour, mon tendre amour,
Sèche tes larmes, laisse le chagrin s’en aller,
Les soucis ne t’embêteront plus,
Ils ne viendront plus,
Ils ont perdu le chemin qui mène vers nous.

Mon bel amour, mon tendre amour,
Réfugie-toi dans mes bras,
Tu n’as qu’à penser à une vie douce,
Aux petits poissons rouges dans un bocal posé sur une table,
À la vue d’une fenêtre donnant sur un jardin,
Pense aux étoiles venues orner le ciel par une belle nuit d’été.

Mon bel amour, mon tendre amour,
Ne pleure plus, je suis là,
Viens te blottir contre moi, dans mes bras,
Ne t’inquiète plus, repose-toi maintenant,
Quant à moi, je ferai tout,
Je te défendrai contre tout.

Mon bel amour, mon tendre amour,
Je suis là,
Je te protégerai contre tout, tous les jours.

Firouzeh EPHREME

Posted in Poèmes and tagged , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *